les prédications

Toutes les prédications que vous trouverez dans ce blog ont été prêchées un jour lors d’un culte public. Le pasteur reconnaît que lors du culte, il lui arrive de dire les choses autrement que ce qu’il avait écrit sur son papier. Ce que vous lirez ici ne sera donc jamais 100% identique à ce qui a été dit. Mais ça y correspond.

Petite aide de lecture :
En tête du document, sont indiqués les chants du dimanche : en règle générale, un psaume, le chant entre les lectures et la prédication, et le chant suivant la prédication. Ces chants se trouvent dans trois recueils différents, en usage dans les Églises de la Réforme :

  • NCTC : Nos coeurs te chantent, édité à la fin des années 1970.
  • ARC : Arc-en-Ciel, édité depuis 1984 par Editions Réveil, s’est substitué très vite à NCTC dans la plupart des Églises.
  • ALL : Alléluïa, paru en 2004 pour remplacer ARC, se distingue par une forte composante oecuménique et internationale, et par une nouvelle numérotation donnant un numéro de groupe avant le numéro de chant, pour éviter d’être à court de numéros dans une série donnée.

A chaque dimanche de l’année liturgique, appartiennent trois lectures bibliques :

  • la première lecture est tirée de l’Ancien Testament (AT), d’autres disent Premier Testament.
  • la seconde lecture est tirée d’une Épître du Nouveau Testament. Parfois, c’est une lecture du livre des Actes des Apôtres ou encore du livre de l’Apocalypse selon Jean. Ces deux livres, faute d’autre catégorie, sont comptés pour lecture d’Épître parce qu’ils ne sont pas parole d’Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ.
  • la troisième lecture est tirée d’un des quatre Évangiles du Nouveau Testament.

Le texte de prédication peut être l’un de ces trois textes ; selon les années, un autre texte est proposé pour la prédication.

nota: le plan des lectures est celui en vigueur dans les Églises de langue allemande, et par conséquent dans les Églises Protestantes d’Alsace-Lorraine. C’est presque le même que connaissait et utilisait Martin Luther. Il a seulement évolué de trois textes par dimanches à six, pour que pendant six ans le pasteur ne vienne pas sur l’idée de reprendre la même prédication, vu qu’il lui est donné un autre texte.
Les lectures du dimanche (AT, Ep, Ev) étaient communes aux Églises protestantes et catholique romaine, jusqu’à ce que cette dernière crée un tout nouveau lectionnaire, à la suite du Concile Vatican II, conçu sur trois ans avec des plans de lectures complètement différents sur chaque année (A, B, C). De nombreuses Églises dans le monde ont décidé de suivre ce plan de l’Église catholique romaine, dans le souci de l’unité des chrétiens. La FPF, Fédération Protestante de France, le propose aux Églises membres.

Et encore une petite précision : dans le « jargon » protestant, on parle de prédication, dans le « jargon » catholique d’homélie. Je ne sais pas quelle est la différence fondamentale entre les deux.

Écris-moi un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s