Envoyé pour une vie nouvelle

Chants : ARC 208 ; 416, 1.3.4 ;  ; 427 ;
Lectures : AT : Gen. 12,1-4a
Épître : 1Cor. 1, 18-25 Évangile : =pr.
PR : Lc 5, 1-11

Quand un entrepreneur a besoin d’un ouvrier, il met une annonce dans le journal et se tourne vers l’ANPE. Un professeur de violon qui cherche des élèves, mettra une annonce dans le journal et des affiches dans les écoles.
Une Église en manque de pasteur envoie des lettres à tous les pasteurs susceptibles de changer de poste, pour leur dire, « voyez, nous avons besoin de vous », et aussi « nous vous offrons… » (un beau presbytère, le ski et la mer à portée de main, dix catéchètes et onze prédicateurs, et ce qu’on imagine qui pourrait intéresser un candidat). Ça s’appelle recrutement.
Jésus sait bien qu’il a besoin d’hommes qui l’entourent. Pour le connecter à la terre, peut-être. Pour continuer la proclamation du Royaume de Dieu quand Jésus ne sera plus là – sûrement. Alors, qu’est-ce qu’il fait ?
Il recrute, bien sûr. Mais à sa manière. Allons voir. Lire la suite

le vrai jeûne

culte pour l’A.G. de l’entr’aide protestante

Chants : ARC 223 ; 548 ; 541 ; —
Lectures : AT : =pr.
Épître : —- Évangile : —-
PR : Es. 58, 1-14

Les prophètes d’Israël ont souvent le devoir douloureux de rappeler à l’ordre un peuple qui fait ce qu’il veut, qui ne remplit que machinalement ses obligations religieuses et qui se porte très bien : il y a de l’argent, on vit bien, la religion c’est une tradition qu’on respecte pour le souvenir des parents et grands-parents, qu’est-ce qu’il faut de plus ? Dans cette situation, le prophète doit dire : reprenez vous, repentez-vous, les choses vont changer parce que Dieu est plus qu’une tradition, en fait il n’est pas du tout une tradition mais entièrement être vivant présent devant vous, et il est fâché à cause de votre style de vie.
Ce n’est pas du tout le message de ce matin. Il s’adresse au contraire, à une communauté désireuse de faire ce que Dieu attend d’elle, qui cherche à être proche de Dieu – et qui lui clame vivement son secours. Jour et nuit les fidèles cherchent à savoir comment faire plaisir à Dieu, comment lui faire bouger alors qu’il semble faire l’oreille dure. Ils crient leurs souffrances de sorte que le prophète doit donner de toute sa voix pour se faire entendre, qu’il doit claironner comme un troupeau d’oies. Mais toute leur application rituelle n’arrive pas à toucher le cœur de Dieu. Toute leur soumission, leur humiliation devant Dieu, leurs jeûnes, restent sans réponse. Lire la suite

Salarié ?

Chants : —-  ; —  ; —  ;
Lectures : AT : Job 7, 1-4.6-7
Epître : = PR Évangile : Mc 1, 29-39
PR : 1Cor 9, 16-19.22-23

« Annoncer l’Évangile est une nécessité qui s’impose à moi, malheur à moi si je ne le fais pas  ! »
Par ces mots, Paul décrit tout son ministère apostolique, depuis la conversion aux portes de Damas jusqu’à son voyage vers Rome et la mort certaine. J’annonce l’Évangile parce que je ne peux faire autrement.
Et Paul ajoute ce qui pourrait causer des soucis aux pasteurs autant qu’aux curés  : « je ne veux pas de salaire pour le service que je rends en annonçant l’Évangile ! » Or, le droit français est clément avec nous, ni les curés ni les pasteurs ne sont considérés comme salariés. Mais nous n’avons pas besoin de gagner notre vie par un métier productif à côté de notre ministère – alors que des pasteurs évangéliques ont un métier salarié et une activité pastorale pleinement bénévole. Et plus encore que nous ici en « Vieille France », nos collègues en Alsace et Moselle entendent parfois comme ce pasteur à vocation tardive, le jour de son ordination, quand sa tante lui disait  : « Etz häschs g’schafft, Pierri, etz bisch fonctionnaire ! » Maintenant tu y es arrivé, tu es fonctionnaire. Mais, dites-moi, est-ce là une motivation valable d’aspirer au ministère de pasteur ou de prêtre  ? Est-ce qu’on devient ministre de l’Église pour l’argent, pour une bonne situation  ? Lire la suite