au creux de Galilée

Chants : ARC 118, 1.4.5.6 ; 480 ; 475 ; 471 ; 477 ; 890

Lectures : AT : 1Sam. 2, 1-2.6-8a

Epître : 1Cor 15, 1-11 Évangile : Mc 16, 1-8

PR : Mt 28, 1-10

Tout était prévu, tout était fixé et ficelé. Elles avaient tout surveillé, comment le corps de Jésus avait été embaumé selon les règles, dans la mesure du possible alors que le Sabbat arrivait et qu’on n’avait pas le temps, et que le tombeau était bien fermé. Joseph d’Arimathie s’en était occupé, mais elles avaient tout observé.

La partie adverse, les détenteurs du pouvoir religieux et public, avaient également pris leurs dispositions. Certes, ils n’avaient pas osé envoyer un surveillant pour s’assurer que Jésus était bien embaumé, que le caveau était bien fermé. Mais ils avaient obtenu une garde militaire devant la sépulture. Ah, ils s’en souvenaient, qu’il avait annoncé de revenir après trois jours. Il fallait bien qu’on garde son corps, afin de couper l’herbe sous les pieds d’un éventuel usurpateur venant se présenter comme Jésus. N’avait-on pas entendu parler d’un jumeau ? Non, on ne devait pas prendre de risque, il fallait surveiller la tombe.

Durant le jour du Seigneur, tout est resté calme. Évidemment. Aucun juif n’oserait violer le Sabbat. La grande pierre est bien restée à sa place. Le soir est tombé, la deuxième nuit. Et voilà. La semaine commence. Et les femmes reviennent, pour continuer et accomplir ce qui avait été fait hâtivement l’avant-veille.

Il y a des jours que rien ne va comme prévu. Lire la suite

Publicités

Pas de preuves

Chants : ARC 201 ; 610 ; 618 ; 616, 1.4
Lectures : AT : Es. 5, 1-7
Épître : Rom. 5, 1-5 Évangile : Mc 12, 1-12
PR : Mt. 12, 38-42
Ils veulent voir des preuves. Prouve-nous que tu es vraiment envoyé de Dieu ! Ça se comprend. N’est-il pas préférable d’avoir des preuves, de ne pas aveuglément donner sa confiance au premier venu ? N’avez-vous jamais eu le désir d’en voir, des preuves du bien-fondé de notre foi ? Ne serait-ce que pour pouvoir dire, tu vois, avec tout le mal qui se passe, Dieu est quand même là !
La réponse de Jésus est sèche et consternante : Vous vous détournez de Dieu, et vous demandez une preuve irréfutable ? Vous pouvez attendre ! Mais pourquoi ne veut-il pas ainsi renforcer notre confiance ? Lire la suite

Et la lumière est là !

Chants : ARC 72 ; 542 ; 316 ; 606

Lectures : AT : És. 42, 1-4(5-9)

Épître : Rom. 12, 1-3(4-8) Évangile : Mt 3, 13-17

PR : Mt. 4, 12-17

Le baptême de Jésus a eu lieu, au bord du Jourdain près de Jérusalem. Puis, Jésus a été amené dans le désert pour se confronter aux tentations diaboliques. Et voilà qu’il en est revenu. Et qu’il apprend que Jean a été arrêté.

Jésus retourne alors en Galilée. C’est certainement plus prudent : loin de Jérusalem, loin de la police d’Hérode. Matthieu nous avait raconté que pour la même raison, Joseph avait choisi Nazareth comme résidence au retour de l’exile égyptien.

Mais Jésus ne s’installe pas à Nazareth. Au contraire, il quitte la montagne et s’installe à Capharnaüm, au bord de la mer de Galilée, comme on appelle le lac de Génésareth. Lire la suite

Mais s’il vient ?

Chants : ARC 72 ; 306 ; 302 ; 309 ;
Lectures : AT : Es. 40, 1-8
Épître : 1Cor. 4, 1-5 Évangile : =pr.
PR : Mt. 11, 2-6

Les enfants en Allemagne et en Autriche connaissent un jeu appelé « jeu de l’homme noir ». On demande « qui a peur de l’homme noir », réponse : « personne ! » – « Mais s’il vient ? » – « Alors nous courons ! »
Parfois j’ai l’impression que c’est comparable à l’attente du Christ. Qui est-ce qui en craint ? Personne. Mais s’il vient ? Probablement nous nous poserions un paquet de questions, est-ce que c’est vraiment lui, ou quand même pas, il a dit lui-même « si on vous dit ici ou là, n’y allez pas », et si ce n’est pas lui, il faudra encore attendre…
C’est, selon notre passage, ce qui arrive à Jean le Baptiste. Depuis quelque temps il est en prison parce que sa parole n’avait pas convenu au régent. Précisément, nous apprenons son arrestation au chapitre 4 juste après l’épisode de la tentation du Christ dans le désert. Juste au moment où Jésus commence son ministère de prédicateur. Là, nous sommes au chapitre 11, bien des choses se sont passées autour de Jésus – et Jean envoie ses amis pour demander à Jésus : es-tu celui que nous attendons ?
Lui, qui avait désigné Jésus comme celui qu’il annonce, qui avait dû le baptiser, qui s’était déclaré indigne de nouer les lacets de Jésus – maintenant il doute. Lire la suite

surréaliste

Chants : ARC 24, 1-4 ; 24, 5-7 ; 304, 1-4 ; 323 ;
Lectures : AT : Jér. 23, 5-8
Épître : Rom. 13, 8-14 Évangile : =pr.
PR : Matth. 21, 1-9

Le pasteur s’est trompé de page dans sa liste de lectures, au lieu du premier avent il a pris les Rameaux !
Rassurez-vous, ce n’est pas le cas. Mais j’avoue, ce passage peut paraître bizarre pour l’Avent, où nous voulons nous préparer pour Noël, pas pour Golgotha. Et nous ne sommes qu’au début des étonnements.
Toute cette scène est surréaliste. Les deux hommes vont dans le village. Ils y trouvent une ânesse et son petit, et sans trop se soucier de ce que le propriétaire des animaux en dirait, ils les détachent et les amènent à Jésus. « Le Seigneur en a besoin ». Mais, est-ce que c’est une raison ? On se croirait dans certaines zones marginalisées où le droit n’est pas droit, mais où quelques caïds gouvernent. Ou encore en terre mafieuse. Le parrain en a besoin, on prend. Lire la suite

invité à s’engager

Lectures : AT : És. 25, 6-9
Épître : Phil. 4, 12-20 Évangile : =pr.
PR : Mt. 22, 1-14

Grâce et paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et de notre Seigneur Jésus-Christ ! Amen.
Cette parabole, dans la version que nous transmet Matthieu, ne manque pas de violence. Des messagers maltraités et tués en passant par la mission punitive qu’envoie ce roi jusqu’à ce pauvre bougre qui se trouve dans la salle royale visiblement sans savoir pourquoi et comment, et qui pour son ignorance est sévèrement puni.
Est-ce que c’est un passage digne de l’anniversaire de l’ACAT qui s’engage depuis 40 ans contre toute sorte de violence et notamment de violence d’état et de gouvernement ? Et je pourrais aller plus loin et demander si ce passage n’est pas en contradiction avec le message du Christ qui nous demande de tendre l’autre joue et d’aimer nos ennemis. Ce n’est pas ce que fait ce « roi humain » dans la parabole ! Lire la suite

Silence, s’il vous plaît !

Chants : ARC 33, 1.2.5 ; 407 ; 608 ; 408
Lectures : AT : Gen. 18, 20-33
Épître : Phil. 3, 17-21 Évangile : Mt 22, 15-22
PR : Mt. 5, 33-37

Est-ce qu’il vous arrive de jurer ? Non, je ne parle pas de jurons, mais de serments. Nous avons discuté, jeudi à l’étude biblique, où dans nos vies le serment a encore de l’importance. Il n’y en a plus guère. Si vous n’êtes pas appelés à témoigner devant un juge, et si vous ne vous engagez pas dans l’armée, on ne vous demandera pas de prêter serment.
Cet avertissement de Jésus ne nous touche donc pas vraiment. Il est le troisième de cinq, qui tous commencent par « vous avez entendu qu’il a été dit ». A chaque fois, Jésus renforce le commandement, et rejette des propos atténuants que la tradition avait ajoutée. Mais qu’est-ce qu’il nous touche, puisque nous ne prêtons pas serment ? Lire la suite