non au sacrifice

Chants : ARC 620 ;  ; 430

Lectures : AT : =pr.

Epître : Hébr 5, 7-9 Évangile : Mc 10, 35-45

PR : Gen 22, 1-13

Il y a des textes dans la Bible que nous connaissons tous depuis l’École Biblique, mais que nous trouvons probablement tous horribles. Un de ces textes nous est donné pour ce dimanche.

Oui, ce texte est horrible. Comment Dieu peut-il demander à un père de sacrifier son enfant ? Comment peut-il demander à celui avec qui il a conclu une alliance, de tuer l’enjeu majeur de cette alliance ?

A différents endroits dans la Bible, il est fait allusion à ce texte. Entre autres, pour montrer à quel point Abraham est obéissant. Qu’il préfère obéir à un ordre qui lui tord le cœur, plutôt que de raisonner, de dire à Dieu, « eh, vieux, t’as certainement oublié, mais, si le p’tit là, s’il n’est plus là, comment veux-tu que j’aie des petits-enfants et toute cette descendance que tu m’avais promis ? » Lire la suite

Publicités

en chemin !

Chants : ARC 43 ; 427 ; 587 ; 627
Lectures : AT : Gen. 22, 1-13
Épître : (Hébr. 5, 7-9) Évangile : Mc 10, 35-45
PR : Hébr. 13, 12-14

L’Épître aux Hébreux s’adresse, fort probablement, à des gens qui ont une très haute opinion des rites du temple de Jérusalem, des différents sacrifices et de leur importance. Elle décrit comment Jésus a pris la place des prêtres, mais aussi du sacrifice, et pourquoi il a rendu obsolète le culte du temple. Vers la fin de la lettre, nous trouvons donc cette invitation que nous venons d’entendre.
Invitation, ou insistant appel, à suivre le Christ. Jusque-là, ça n’a rien d’extraordinaire, sauf que c’est probablement en pensée missionnaire que l’auteur écrit ces lignes, alors que les autres épîtres bibliques sont rédigées en pensée pastorale : s’adressant à un groupe déjà converti. Lire la suite

Un pour tous…

Chants : ARC 708 ; 430 ; 464 ; 507 (installation CP)
Lectures : AT : Gen. 22, 1-13
Epître : (Hébr. 5, 7-9)  Évangile : (Mc 10, 35-45)
PR : Jn 11, 47-53

Un avant-dernier dimanche avant le vendredi Saint, il faut parler de la mort de Jésus. Un jour de reconnaissance du ministère du conseil presbytéral, il faut parler d’un conseil. Ouf, j’ai trouvé un texte qui va bien !
Après la note d’humour, reprenons un peu de sérieux.
Il me semble évident que les décisions du sanhédrin, qui est pour le temple à Jérusalem ce qu’est notre conseil presbytéral pour notre Église, ces décisions n’ont rien de religieux. Ils ont un souci beaucoup plus simple : si ce Jésus continue à faire ce qu’il fait, il fera basculer l’équilibre politique dans le pays. Équilibre dans lequel l’autorité religieuse prend sa part, puisqu’elle a non seulement négocié les libertés religieuses dont bénéficient les juifs, mais aussi promis la garantie de la paix dans le pays. Elle est instance de police à Jérusalem. Lire la suite

un serpent qui fait vivre

Chants : ARC 43  ; 430  ; 427  ;
Lectures : AT : Gen. 22, 1-13
Epître : Hébr. 5, 7-9 Évangile : Mc 10, 35-45
PR : Nb 21, 4-9

C’est une de ces histoires que nous avons aimées à l’École Biblique, ou que nous avons racontées à nos enfants. Le peuple est menacé par des serpents, Dieu demande à Moïse de faire un serpent en airain, et il suffit de regarder ce serpent d’airain pour que les morsures ne soient plus mortelles.
Sauf que… sauf que c’est pas comme ça que ça s’est passé. Car la Bible ne nous raconte pas les contes pour les enfants, où il y a un gentil et un méchant, le gentil ici le peuple d’Israël et le méchant les serpents, et le méchant menace la vie et le bien-être du gentil, mais à la fin, le gentil l’emporte, et il vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants, et s’ils ne sont pas morts c’est qu’ils vivent encore à ce jour. Lire la suite