libéré du passé

Chants : ARC 103, 1.2.4.7 ; 602 ;  ; 277 ;
Lectures : AT : =pr.
Épître : 1Tim 1, 12-17 Évangile : Lc 15, 1-10
PR : Ez. 18, 1-4.21-24.30-32

Dans le 18e chapitre du prophète Ézéchiel, nous trouvons les reflets d’une pensée qui est encore bien vivante de nos jours : pour chaque mauvaise action, il faut que quelqu’un paie. Et il faut que les enfants paient pour les malfaits de leurs parents.
Dieu, par la bouche du prophète, répond à cette exigence du peuple, et il la refuse. Justement il ne faut pas que les enfants portent la tare des actes de leurs parents, dit-il, et c’est exprimé par cette jolie image des parents qui mangent des raisins acides, et les enfants qui en ont les dents agacées. Non, dit Dieu, je ne veux pas ça. Et vous me traitez d’injuste parce que je fais selon mes règles – mais en fait, c’est vous qui n’êtes pas corrects.
Les enfants n’héritent plus des conséquences des actes de leurs ancêtres. C’est un point que les gens ne comprennent pas. Mais il y en a un autre, qui est encore plus grave, et que bon nombre de nos concitoyens, 2500 ans plus tard, n’accepteraient pas plus que les Judéens exilés du temps d’Ézéchiel. Un point qui va droit contre notre sentiment de justice. Lire la suite

Publicités

j’ai pris sur moi, donc : vis !

Chants : ARC 84 ; 431 ; 430 ; 522 ; 167
Lectures : AT : =pr.
Épître : 2Cor. 1, 3-7 Évangile : Jn 12, 20-26
PR : És. 54, 7-10

Ce 54e chapître du livre d’Ésaïe mérite d’être lu intégralement, faites-le à la maison ! Le deuxième Ésaïe s’adresse à un peuple en détresse. Occupé par une puissance mondiale. Privée de ses nobles, de ses artisans, de ses prêtres. Le temple détruit, il se pose la question si son Dieu est impuissant contre les dieux de Babylone.
Et Dieu, à travers la bouche du prophète, prend la parole. Il s’adresse à son peuple, en utilisant l’image de mari et femme. Et son message est plus que surprenant, quand on sait que, notamment par Jérémie, il avait fait dire tant d’avertissements justement pour éviter qu’arrive ce qui est arrivé. Dieu aurait toute raison de dire, « c’est bien fait pour vous, vous n’aviez qu’à m’écouter. » Lire la suite

le vrai jeûne

culte pour l’A.G. de l’entr’aide protestante

Chants : ARC 223 ; 548 ; 541 ; —
Lectures : AT : =pr.
Épître : —- Évangile : —-
PR : Es. 58, 1-14

Les prophètes d’Israël ont souvent le devoir douloureux de rappeler à l’ordre un peuple qui fait ce qu’il veut, qui ne remplit que machinalement ses obligations religieuses et qui se porte très bien : il y a de l’argent, on vit bien, la religion c’est une tradition qu’on respecte pour le souvenir des parents et grands-parents, qu’est-ce qu’il faut de plus ? Dans cette situation, le prophète doit dire : reprenez vous, repentez-vous, les choses vont changer parce que Dieu est plus qu’une tradition, en fait il n’est pas du tout une tradition mais entièrement être vivant présent devant vous, et il est fâché à cause de votre style de vie.
Ce n’est pas du tout le message de ce matin. Il s’adresse au contraire, à une communauté désireuse de faire ce que Dieu attend d’elle, qui cherche à être proche de Dieu – et qui lui clame vivement son secours. Jour et nuit les fidèles cherchent à savoir comment faire plaisir à Dieu, comment lui faire bouger alors qu’il semble faire l’oreille dure. Ils crient leurs souffrances de sorte que le prophète doit donner de toute sa voix pour se faire entendre, qu’il doit claironner comme un troupeau d’oies. Mais toute leur application rituelle n’arrive pas à toucher le cœur de Dieu. Toute leur soumission, leur humiliation devant Dieu, leurs jeûnes, restent sans réponse. Lire la suite

l’esprit de l’horizon large

Chants : ARC 72, 1.3.5 ; 575 ; 361 ; 570
Lectures : AT : =pr
Épître : Rom. 12, 1-3(4-8) Évangile : Mt 3, 13-17
PR : Es. 42, 1-4(5-9) – lu plus tard.

Le baptême du Christ, c’est une petite Pentecôte. Encore, ce n’est que sur lui que se pose, visible pour tous, l’Esprit de Dieu. A la pentecôte, ils seront nombreux. Et comme la Pentecôte est la fête de départ de l’aventure apostolique, le baptême du Christ est le point de démarrage pour sa vie de rabbin itinérant.
Là où se montre l’Esprit de Dieu, commence quelque chose de nouveau, d’inouï et de jamais vu.
C’était vrai lors de la création, où l’Esprit de Dieu plana au-dessus des eaux. Le prophète Ézéchiel a d’étonnantes visions de la puissance de l’Esprit de Dieu. Et à peu près à la même époque, le prophète qu’on appelle souvent « le 2e Ésaïe », dont nous trouvons les paroles dans les chapitres 40 à 55 du livre d’Ésaïe. Ecoutons ces versets du chapitre 42 : (Lecture Es. 42,1-9) Lire la suite

Immanuel – Dieu avec nous

Chants : ARC 96 ; 178 ; 356 ; 351
Lectures : AT : =pr
Épître : 1Jn. 1, 1-4 Évangile : Lc 2, 25-38
PR : Es. 49, 13-16

La fête est finie, le quotidien reprend tout doucement son rythme, interrompu encore par le réveillon du Nouvel An… Nous avons passé de bons moments en famille.
Ou peut-être pas.
Car – et c’est bien triste – je connais un certain nombre de personnes qui ont passé les jours de Noël tout seuls, ou juste dans l’intimité du couple. Seuls parce que leur état de santé ne leur permet pas de réunir toute la famille chez eux, seuls parce qu’il y a des conflits en famille, seuls parce que…
… il y a beaucoup de raisons, mais pour la grande majorité des personnes concernées, ce n’était pas du tout leur choix.
Et si jusqu’ici, nous n’avons pensé qu’à ceux qui étaient chez eux, dans leur maison et quand même devant leur sapin ou au moins à leur table, il y a aussi les autres. Ceux qui ont passé les fêtes à l’hôpital. Ou en prison. Ou sous les ponts. Et puis les millions de personnes qui était tout sauf seules mais qui manquaient de toute intimité, parce qu’ils se trouvent dans les camps de refugiés, ou dans les abris, des zones de guerre et de guerre civile. Lire la suite

maranatha

Chants : ARC 33, 2-5 ; 171 ; 307 ; 174
Lectures : AT : =pr.
Épître : Phil. 4, 4-7 Évangile : Lc 1, (39-45)46-55(56)
PR : Es. 52, 7-10

C’est la nuit. Tout d’un coup on entend les cris des veilleurs, les voix des sentinelles, on entend des pas courir, des pas de bottes…
Cela m’évoque des images que je ne connais que de la télévision mais qui pour les anciens parmi nous sont peut-être des souvenirs. Mémoire du temps de l’occupation, de la guerre.
Mais je pense aussi aux chars, et aux troupes de la libération. J’ignore comment elle s’est passée ici, mais je sais qu’à l’Est de la France, où les destructions étaient moins graves, les habitants guettaient les troupes qui passaient et, à l’arrivée des troupes alliées, commençaient à faire la fête. La joie n’était pas forcément de longue durée, parce que le libérateur se montrait parfois sous le même aspect que l’ancien occupant… Lire la suite

appelés et envoyés

Chants : ARC 67 ; 574 ; 416, 1.2.4.5 ;
Lectures : AT : =pr.
Épître : Rom.6, 3-8(9-11)  Évangile : Mt 28, 16-20
PR : És. 43, 1-7

Qu’est-ce que le nom ? Autrefois, on pensait que savoir le nom, équivaut à avoir un pouvoir sur la personne. Certains peuples européens ne donnent pas de nom aux nouveaux-nés, parce qu’ils ne nous appartiennent pas (encore), mais aussi pour que les fées et les trolls ne puissent pas appeler l’enfant par son nom et ainsi lui faire du mal.
Et il est vrai : celui qui connaît mon nom, et peut-être même mon prénom, a un pouvoir sur moi. Car en prononçant mon nom en ma présence, il me fera réagir. Par contre, on n’ose pas prononcer le nom de celui ou ce qui nous fait peur. Ainsi, nous avons nombre de façons de parler de la mort sans la nommer, et si vous connaissez Harry Potter, vous savez peut-être qu’il est le seul élève de son école à oser prononcer le nom de l’adversaire. Connaître le nom d’une personne, l’appeler par son nom, c’est créer un lien, c’est commencer ou continuer une histoire. Lire la suite