Et la lumière est là !

Chants : ARC 72 ; 542 ; 316 ; 606

Lectures : AT : És. 42, 1-4(5-9)

Épître : Rom. 12, 1-3(4-8) Évangile : Mt 3, 13-17

PR : Mt. 4, 12-17

Le baptême de Jésus a eu lieu, au bord du Jourdain près de Jérusalem. Puis, Jésus a été amené dans le désert pour se confronter aux tentations diaboliques. Et voilà qu’il en est revenu. Et qu’il apprend que Jean a été arrêté.

Jésus retourne alors en Galilée. C’est certainement plus prudent : loin de Jérusalem, loin de la police d’Hérode. Matthieu nous avait raconté que pour la même raison, Joseph avait choisi Nazareth comme résidence au retour de l’exile égyptien.

Mais Jésus ne s’installe pas à Nazareth. Au contraire, il quitte la montagne et s’installe à Capharnaüm, au bord de la mer de Galilée, comme on appelle le lac de Génésareth. Lire la suite

Publicités

voyez l’agneau !

Ce dimanche j’étais invité à donner l’homélie à l’église catholique. Je n’ai donc pas indiqué de chants.
Lectures : AT : Es 49, 5-6
Épître : 1Cor. 1, 1-3 Évangile : =pr
PR : Jn 1, 29-34
L’Évangile de la plume de Jean est une pièce grandiose. Presque comparable à un opéra. Notre passage de ce matin se situe juste après l’ouverture – le prologue. Jean le Baptiste entre en scène, avec quelques représentants de l’autorité religieuse et politique qui le questionnent. Puis – et c’est notre passage – il voit Jésus passer. Pour nous spectateurs, Jésus est pour l’instant juste une ombre au fond de la scène. Le Baptiste – que j’appelle ainsi pour le distinguer de l’évangéliste – le Baptiste l’aperçoit donc et dit cette étonnante parole qui nous est devenu chant liturgique : « voici l’agneau de Dieu qui porte le péché du monde. » Et il nous fait part de sa rencontre avec Jésus.
Dans la dramaturgie de cet Évangile de Jean, le Baptiste est celui qui prépare la venue de Jésus, en tous les sens. Dès le moment que Jésus prend le devant de la scène, c’est à dire juste après notre passage, il perd des disciples au profit de Jésus, et s’efface. Nous le verrons encore une seule fois, juste après l’épisode de Nicodème, où il dit la fameuse parole « lui, il doit grandir, et moi, diminuer. » Et il disparaît une fois pour toutes. Lire la suite

l’esprit de l’horizon large

Chants : ARC 72, 1.3.5 ; 575 ; 361 ; 570
Lectures : AT : =pr
Épître : Rom. 12, 1-3(4-8) Évangile : Mt 3, 13-17
PR : Es. 42, 1-4(5-9) – lu plus tard.

Le baptême du Christ, c’est une petite Pentecôte. Encore, ce n’est que sur lui que se pose, visible pour tous, l’Esprit de Dieu. A la pentecôte, ils seront nombreux. Et comme la Pentecôte est la fête de départ de l’aventure apostolique, le baptême du Christ est le point de démarrage pour sa vie de rabbin itinérant.
Là où se montre l’Esprit de Dieu, commence quelque chose de nouveau, d’inouï et de jamais vu.
C’était vrai lors de la création, où l’Esprit de Dieu plana au-dessus des eaux. Le prophète Ézéchiel a d’étonnantes visions de la puissance de l’Esprit de Dieu. Et à peu près à la même époque, le prophète qu’on appelle souvent « le 2e Ésaïe », dont nous trouvons les paroles dans les chapitres 40 à 55 du livre d’Ésaïe. Ecoutons ces versets du chapitre 42 : (Lecture Es. 42,1-9) Lire la suite