Un seul coeur et une seule âme

Chants : ALL 12-07 ; 35-07 (1-2) ; (3-5) ; 36-30 ;

Lectures : AT: Jer.23,16-29 Epître: 1Jn.4,(13-16a)16b-21

Evangile: Lc.16,19-31

Pr : Ac.4,32-37

C’est beau, n’est-ce pas ? Presque trop beau pour être vrai. Et on parle d’une communauté de plusieurs milliers de membres actifs – non pas ceux qui sont notés sur un fichier mais qu’on ne voit jamais. Eux tous, les femmes comprises, étaient « un cœur et une âme », rien ne brouillait leur entente, et tout ce qu’ils possédaient était pour le bien commun.

Est-ce que c’est donc un rapport de réalité que Luc nous livre, ou un doux rêve pour le moins largement idéalisé ?

Lire la suite

Dieu est mon soucy

Chants : ARC 155 ; 607 ; 523 ; 528 ;

Lectures : AT : Dtn 6, 4-9

Épître : 1Jn. 4, 16b-21 Évangile : =pr.

PR : Lc 16, 19-31

La parabole du riche et du pauvre Lazare. Combien de fois ne l’avons-nous pas entendue… et en ce qui me concerne, je l’ai toujours entendue comme un appel à la miséricorde et à la diaconie. Mais est-ce que c’est vraiment la pointe de cette parabole ?

Jésus nous parle d’un homme riche. Bien vêtu, soigné – et aux petits soins pour lui-même. Et d’un pauvre du nom de Lazare. Ce nom peut paraître cynique, car en hébreu c’est Éléazar : Dieu aide. Or, ce pauvre, il envie beaucoup les plats du riche, et personne ne vient soigner sa maladie si ce ne sont les chiens qui lui lèchent les ulcères. Les deux meurent, et l’un se voit porté « dans le sein d’Abraham ». L’autre en enfer. Pourquoi ?

Lire la suite

Écoute, Israël…

Chants : ARC 151 ; 607 ; 761 ; 523 ;
Lectures : AT : =pr.
Épître : 1Jn. 4, 16b-21 Évangile : Lc 16, 19-31
PR : Dtn. 6, 4-9

Ma grand-mère avait un beau meuble de salon avec des portes vitrées. Mais on ne voyait pas la belle vaisselle dans le meuble, parce que les vitres étaient entièrement couvertes de photos. C’est là que j’ai fait la connaissance de mon arrière-grand-mère, chère à l’enfance de ma mère, et de mon arrière-grand-père mort en 1920 quand ma grand-mère n’avait que 7 ans.
Souvent lors de visites chez les personnes âgées, je vois un mur de cuisine ou de salon couvert de photos des enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants. Parfois aussi les photos en noir et blanc, légèrement jaunis ou déjà faits en couleur sépia, des parents et grands-parents.
Et chez nous, comme dans beaucoup de famillles probablement, les petits aimants sur le frigo retiennent la liste des courses, le rendez-vous de médecin à ne pas oublier, le numéro de téléphone à rappeler dans la soirée… de petits rappels partout.
Et les petits papiers jaunes qui se collent si facilement partout… nous avons tendance à les dénigrer, en les appelant « pense-bête », ou en allemand « pont à l’âne ». Mais c’est injuste. Parce que ces petits objets nous aident à renforcer notre mémoire, à nous souvenir de ce qui est important. Ce n’est point signe de faiblesse, mais au contraire de la volonté de structurer notre souvenir. Et en affichant aux endroits stratégiques ce que nous voulons garder en mémoire, nous créons notre mémoire. Lire la suite