courage et confiance

Chants : ALL 8, 1-3.6  ; 37-11  ; 37-14  ;
Lectures : AT : =pr
Epître : Jac.4, 13-15 Évangile : Lc 4, 16-21
PR : Jos 1, 1-9

Une ère est finie, le glas d’une époque est sonné. Moïse, le chef et guide charismatique durant près d’un demi-siècle, est mort. Au moment que le peuple se prépare à traverser le Jourdain, à entrer dans le pays qu’il appelle la terre promise, son guide le quitte.
Les Israélites sont déconcertés. Qu’est-ce qui va leur arriver  ? Comment vont-ils continuer  ? Vont-ils continuer ce que Moïse avait commencé avec eux, ou faudra-t-il enterrer avec lui tout ce projet de retour sur la terre promise  ?
Vous vous êtes peut-être posé des questions semblables, hier ou ce matin, en changeant les calendriers, en ouvrant peut-être ce matin pour la première fois « Parole pour tous » 2012. Une nouvelle année commence. Qu’est-ce qu’elle va nous apporter  ? Qui sera Président de la République après les élections de mai  ? Quelle sera sa politique  ? Mais aussi le souci de santé pour nous-mêmes et pour nos proches. Nos vieux vont-ils encore vivre Noël prochain  ? Et la peur des maladies, notamment du cancer qui risque de toucher un de nos proches.
Les Israélites ne le savent pas encore, mais Dieu se charge déjà de leur à-venir. Il appelle Josué, fils de Noun, à succéder à Moïse. Il renouvelle les engagements qu’il avait pris devant Moïse, il transfère sur Josué les promesses d’assistance et de soutien qu’il avait donné au prédécesseur.
Il lui rappelle également la part des humains dans cette alliance  : d’observer la volonté de Dieu, la Loi, à chaque moment de sa vie, d’en faire sa parole constante et de l’intégrer ainsi dans son existence, dans sa personne. Et il conclut  : « Sois fort et courageux. Ne tremble pas, ne te laisse pas abattre, car le Seigneur ton Dieu sera avec toi partout où tu iras. »
3500 ans après Josué, nous avons le droit d’entendre ces paroles et de les prendre pour nous. Face à l’an 2012 qui commence, Dieu veut nous rassurer autant qu’il a rassuré Josué. Déjà bien avant nos craintes, Dieu a pris les choses en main. Il s’occupe de notre avenir depuis longtemps, il a prévu pour 2012 bien avant le début de 2011, de 2010, même de 2000. En parenthèse soit dit  : Il n’a pas besoin d’une prophétie Maya pour nous rappeler que ce monde n’est pas infini, il le dit depuis des milliers d’années par la bouche des prophètes. Et si vraiment en 2012, la terre arrive à sa fin, nous savons qui nous attend  : le Seigneur Jésus-Christ. Fin de la parenthèse. Dieu se charge de notre avenir. Il a pris les mesures nécessaires, il a trouvé les solutions bien avant que nous ne commencions à penser aux problèmes. Si nous avons besoin d’aide, il a déjà appelé la personne qui viendra nous aider.
Deuxième point  : Dieu est fiable. Un guide est mort, une année se termine, les conditions extérieures changent – mais la fidélité de Dieu reste la même. Dieu renouvelle ses engagements, Dieu reste le garant de notre avenir, le garant de la bonne orientation de notre vie. Je vous l’ai promis jadis, je le renouvelle aujourd’hui, je tiendrai ma promesse éternellement. Je serai avec vous, et vous serez mes témoins.
Comme la Loi de Dieu était dans le cœur de Josué, le centre de l’Écriture pour les chrétiens, le Christ lui-même, sera dans vos cœurs. Vous le porterez sur vos lèvres jour et nuit, vous suivrez ses préceptes, vous lui confierez vos soucis, vos craintes et vos joies, et surtout, vous le prenez comme votre carte d’accès à Dieu le Père.
Jour après jour, vous vivrez l’alliance de votre baptême, l’alliance dans laquelle Dieu vous reconforte par la Sainte Communion. Jour après jour, vous intégrerez plus le Christ dans votre vie, dans votre personne, et Dieu aidant vous devenez de plus en plus images du Christ.
Et vous pourrez prendre pour vous cette promesse de Dieu, faite à Josué, qui semble si contradictoire avec le mot d’ordre pour 2012, « ma grâce est tout ce qu’il te faut, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. »
N’est-ce pas l’inverse de la promesse à Josué, « sois fort et courageux, ne tremble pas, ne te laisse pas abattre, car le Seigneur ton Dieu sera avec toi partout ou tu iras »  ? Là, l’éloge de la faiblesse, ci l’encouragement à la force. Et pourtant, ce sont des paroles du même Dieu, dites à l’écart de plus de mille ans à deux hommes sensés guider le peuple de Dieu vers la terre promise  : Canaan pour Josué, le Royaume Céleste pour Paul.
En les mettant ensemble, nous découvrons que Dieu ne nous demande pas de tourner les pouces. S’il a tout prévu, cela ne veut pas dire qu’il a tout fait et que nous n’en sommes plus que spectateurs. Il nous faut mettre la main à la pâte, il nous faut nous investir. Il nous faut découvrir qu’avec toutes nos forces, nous n’arrivons pas bien loin – il nous faut découvrir nos limites, notre faiblesse. Et c’est là, au moment où nous ne savons plus continuer, que Dieu prendra la relève. Qu’il manifestera sa puissance justement parce que nous avons tout donné, parce que nous n’arrivions pas plus loin. Et nous pourrons prendre pour nous cette promesse faite à Josué et renouvelée à l’Ascension  : Je serai avec toi partout où tu iras. Je serai avec vous tous les jours, jusqu’à ce que ce monde touche à sa fin. Vous pouvez aller dans cette nouvelle année, pleins de confiance. Ce sera une bonne année, parce que ce sera une année du Seigneur.
Amen.

Publicités